Evaluation de la mobilité active

Dans une étude par Saur et al, 263 la mesure du mouvement est comparée à des mesures radiographiques :

(r = 0,93 globale; r = 0,95 à la flexion et r = 0,85 avec l'extension). La fiabilité était r = 0,88 pour la flexion (erreur standard de mesure [SEM], 4,6 °) et r = 0,42 pour l'extension (SEM, 2,3 °).

Méthode :  deux Inclinomètres sont placés à la jonction thoraco-lombaire et au sacrum. Ils  sont mis à zéro avec le patient en position neutre. Le patient est invité à se pencher en avant au maximum et le mouvement est enregistré à la jonction thoraco-lombaire (de mesure de flexion total) et au sacrum, qui enregistre le mouvement dans les sacro-iliaques et des hanches. La différence en mouvement représente la mesure la flexion lombaire. Le patient est alors invité à plier vers l'arrière et la différence est calculée pour avoir la mesure de l'extension lombaire. Un procédé similaire est utilisé pour la flexion latérale, l'inclinomètre étant alignée dans le plan frontal, et le patient est invité à se plier à chaque côté.

 

Evaluation de la mobilité segmentaire

L'ensemble des tests utilisés en ostéopathies ou en chiropraxie ont été évaluées sur leur qualité métrologique (pouces montant, mobilité différentiées dans des axes, et). Tous ces tests montrent une pauvre reproductibilité jusqu'à des kappa négatifs.

Hest┼ôk L, Leboeuf-Yde C. Are chiropractic tests for the lumbo-pelvic spine reliable and valid? A systematic critical literature review. J Manipulative Physiol Ther. Mosby, Inc.; 2000;23:258-275. 

 

patient en procubitus : évalaution de la mobilité par pression sur le segment : 

K = [-0,2   0,26]

Hicks GE, Fritz JM, Delitto A, Mishock J. Interrater reliability of clinical examination measures for identification of lumbar segmental instability. Arch Phys Med Rehabil. 2003;84:1858-1864. 

Evaluation de la douleur à la mobilité segmentaire

Evaluation de la douleur à la mobilité segmentaire

Description du test : 

le patient est en procubitus, le thérapeute applique une pression en appui sur le processus épineux segmentaire avec l'éminence hypothénar.

La pression est verticale ou orientée latéralement, la pression est organisée en oscillation antero-postérieure. La question est posée à chaque semgent douloureux ou non. Ce test permet de localiser la lomblagie à un ou plusieurs niveaux segmentaires.

Ce test montre une fiabilité toute relative : K = [0,25   0,55]

Fritz JM, Whitman JM, Flynn TW, Wainner RS, Childs JD. Factors related to the inability of individuals with low back pain to improve with a spinal manipulation. Phys Ther. 2004;84:173-190. 

 

Hicks GE, Fritz JM, Delitto A, Mishock J. Interrater reliability of clinical examination measures for identification of lumbar segmental instability. Arch Phys Med Rehabil. 2003;84:1858-1864. 

 

La recherche montre  que ce test n'est pas valable pour une évaluation de l'instabilité lombaire.

Landel R, Kulig K, Fredericson M, Li B, Powers CM. Intertester reliability and validity of motion assessments during lumbar spine accessory motion testing. Phys Ther. 2008;88:43-49.

Evaluation de centralisation de la douleur

Evaluation de centralisation de la douleur

le cliniciens juge le comportement des symptômes en réponse à des tests de mouvement pour déterminer si la centralisation ou la périphérisation se produit.

La centralisation se produit lorsque l'emplacement des symptômes du patient, tels que la douleur ou les paresthésies, est perçue  dans un endroit plus proximale en réponse à des mouvements simples et répétés ou des positions soutenues.

Périphérisation se produit lorsque l'emplacement des symptômes du patient est perçu en un emplacement plus distal, telle que le pied ou le mollet, en réponse à des mouvements simples et répétées.

Description du test : 

On demande au patient une flexion ou exension dans le plan sagittal, ou latéralement dans le plan frontal, en position debout, en pratiquant des mouvements simples et répétés de manière systématique. Le cas échéant, le clinicien peut guider manuellement les mouvements du patient et appliquer une surpression passive. Les mouvements sont enchainés par séries de 10 répétitions jusqu'à 3 séries max. Le jugement est posée en fonction de la entralisation ou non des symptômes. Centralisation = amélioration, Périphérisation = Aggravation

Le mouvement préférentiel thérapeutique est ainsi déterminé.

Les coefficient de kappa reportés sont : K = [0.70   0.90]

 

Fritz JM, Delitto A, Vignovic M, Busse RG. Interrater reliability of judg- ments of the centralization phenomenon and status change during movement testing in patients with low back pain. Arch Phys Med Reha- bil. 2000;81:57-61. 

 

Kilpikoski S, Airaksinen O, Kankaanpaa M, Leminen P, Videman T, Alen M. Interexaminer reliability of low back pain assessment using the Mc- Kenzie method. Spine (Phila Pa 1976). 2002;27:E207-214. 

Test d'instabilité

Le patient est allongé sur le ventre, le corps sur la table d'examen, les jambes sur le bord et les pieds reposant sur le sol. Bien que le patient repose dans cette position, l'examinateur applique une pression postérieure à antérieure pour les apophyses épineuses de la partie inférieure de la colonne lombaire. Toute provocation de la douleur est à noter. Ensuite, le patient soulève les jambes sur le sol (le patient peut tenir table pour maintenir la position) et la pression postéro-antérieure est de nouveau appliquée à la colonne lombaire. Si la douleur disparait, le test est alors positif.

la fiabilité de ce test est bonne : 

K = 0.85

Hicks GE, Fritz JM, Delitto A, Mishock J. Interrater reliability of clinical examination measures for identification of lumbar segmental instability. Arch Phys Med Rehabil. 2003;84:1858-1864.

Evaluation des mouvements et attitudes vicieuses

L'Arc douloureux à la flexion ou le retour de la flexion est positif si le patient signale la douleur pendant le mouvement, mais pas en fin de mouvement.

Le Signe de Gower est positif si le patient a besoin d'utiliser "l'escalade de la cuisse" au retour de la flexion, les mains poussent contre les cuisses antérieures lors du retour à la position verticale.

La Reprise lombopelvienne est positive si le patient, à son retour d'une position penchée en avant est obligé de fléchir les genoux pour se redresser.

 

L' Observation des mouvements aberrants a  fiabilité modérée (κ = 0,60) 

L'arc douloureux  est un peu meilleur (κ = 0,61 au 0,69) 

Test de lassègue et contre Lassègue

Le signe  de Lassègue présente une utilité clinique afin de mettre en évidence une protrusion ou une hernie discale. Son application se réalise patient en décubitus, genou en extension. L'examinateur fléchit passivement la hanche en maintenant le genou en extension. Le test est décrit comme positif par une reproduction de la douleur entre 30 et 60-75°. Selon l'étude de Deville & All, il présente une grande sensibilité 0,91 (0,82; 0,94) et une faible spécifité 0,26 (0,16; 0,38). 

Dans la même étude, le test de Lassègue réalisé en contolatéral a également été évalué. Il consite à réaliser le même test comme décrit précédemment à la différence que cette fois la jambe contro latérale est soulevée . Cette fois le test sera décrit comme positif lors de l'apparition d'une douleur dans le membre présentant les signes cliniques. Au contraire du test précédent, il présente une grande spécificité 0,88 (0,86; 0,90)  et une mondre sensibilité 0,29 (0,24; 0,34).

Le thérapeute a donc tout intérêt à réaliser ces deux tests de part leur qualité complémentaire.

 

Deville WL, van der Windt DA, Dzaferagic A, et al. The test of Lasegue : systematic review of the accuracy in diagnosing herniated discs. Spine 2000; 25 : 1140-7

Slump Test

Une certaine prudence est nécessaire quand à  la précision diagnostique du slump test. Au cours de la flexion (Maitland 1985), les structures nerveuses dans le canal vertébral et foramen sont lentement et progressivement mis sur étirement maximal. Une revue Cochrane récente (à l'examen physique pour radiculopathie lombaire due à une hernie discale chez les patients souffrant de douleurs au bas du dos),montre des résultats peu précis.

Stankovic (1999) montre que la sensibilité du tes était pauvre (0,44, IC à 95%: de 0,34 à 0,55), et la spécificité que légèrement mieux (0,58, IC 95%: 0,28 à 0,85) .En utilisant un interprêtation plus stricte (douleur irradiant en dessous du genou), la sensibilité est accrue mais la spécificité diminuée

. Majlesi (2008) a rapporté une sensibilité meilleur (0,84), et une spécificité à 0,83. Mais la définition de l'indicateur n' était pas clair pour marquer le résultat comme "positive". En outre, la spécificité plus élevée pourrait être due en partie au résultat de la conception de contrôle de cas de cette étude : les patients atteints de maux de dos ont été choisis comme témoins si IRM étaient tout à fait normal.

En conclusion: le slump test ou est probablement un test avec une sensibilité élevée (mesure pour aider à éliminer l'état), mais faible spécificité (un reflex positif ne est pas seulement indicative d'une hernie discale). 

Force musculaire du tronc, endurance

L'évaluation de la force des extenseurs du tronc reste problématique. Le test le plus commun est le test de Sorenson. Malheureusement, il ne présente pas la fiabilité nécessaire à une mesure d'écart entre deux moments distincts, début et fin de rééducation : Sorenson -biering  : ICC = 0,59

Dans l'état actuel des connaissances, seul les tests isocinétique à 60° par seconde présente une fiabilité acceptable eet des valeurs normales référencées. ICC = 0,85

Cet état de fait pose un réel problème pour unprofessionnel libéral qui ne peut pas investir dans les appareils isocinétiques.

 

  • Gruther, W. et al., 2009. Diagnostic accuracy and reliability of muscle strength and endurance measurements in patients with chronic low back pain. Journal of rehabilitation medicine, 41(8), pp.613–9. Available at: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19565154

  • Mueller, S., Mueller, J. & Mayer, F., 2012. Validity of isokinetic trunk measurements with respect to healthy adults , athletes and low back pain patients. , 20, pp.255–266.

Evaluation de la hanche

Evaluation de la hanche

La hanche accompagne souvent la lombalgie aigue par un déficit de mobilité associé en rotation médiale ou latérale et/ou un déficit de flexion.

Rotation médiale et larérale

Le patient est en décubitus ventral, les pieds sur le bord de la table de traitement. La hanche mesurée est placé dans 0 ° d'abduction, et de la hanche controlatérale est placé dans environ 30 ° d'abduction. Le genou de référence est fléchie à 90 °, et la jambe est passivement manipulée pour produire la rotation des hanches. 

Flexion de la hanche

Avec le patient en décubitus dorsal, l'examinateur fléchit passivement la hanche à 90 ° et un inclinomètre zéros au sommet du genou. La hanche est ensuite fléchi jusqu'à ce que la cuisse opposée commence à monter.

Questionnaires associés

Oswestry Disability Index  :

Questionnaire composé de 10 items : l'intensité de la douleur, les soins personnels, lever, marche, assis, debout, dormir, le sexe (le cas échéant), social, et Voyage. Chaque élément se compose de six états quantifiés par des notes de 0 à 5, le patient choisit la déclaration qui correspond à sa capacité. Le 0 indique la plus faible invalidité, et le 5 représente le plus grand handicap.

Pour télécharger un exemplaire : 

http://www.fmp-fbz.fgov.be/prev/DOC/INTERN/oswestryfr.pdf

Roland-Morris Disability Questionnaire  

Le handicap questionnaire Roland-Morris est composé de 24 questions oui / non conçus pour évaluer les maux de dos vécue par le patient au cours des dernières 24 heures. Le "Oui" marque un point  pour obtenir un score total où 0 = aucune incapacité de 24 = maximale d'invalidité.

Pour télécharger un exemplaire : 

http://www.rmdq.org/downloads/French.doc

Fear Avoidance Belief Questionnaire  

Il se concentre spécifiquement sur la façon dont les peurs et les croyances d'un patient à l'activité physique et au travail peut  contribuer sa douleur au bas du dos (les composantes affectives / cognitives de la douleur modifient la nociception). Le questionnaire composé de 16 questions à échelle graduée de 0 à 6  (score maximum de 96 = peur et évitement). Les 5 premières questions se rapportent à l'activité physique tandis que les 11 autres se rapportent au travail. 

Pour télécharger un exemplaire : 
http://www.cofemer.fr/UserFiles/File/ECHELLES%20ADULTES%20TOME%202_page108.pdf

 

Kinés-up est une marque de S&P Campus, enregistrée sous le N° 53 3510100 35. cet enregistrement ne vaut pas agrément de l'Etat   Siège social : 4 ruelle du Presbytère, 35190 Saint Pern

Mentions légales : 

S&P Campus dispose de moyens informatiques destinés à gérer plus facilement les adresses mails des internautes utilisant les boites de dialogue. Les informations enregistrées sont réservées à l’usage de S&P Campus et ne peuvent être communiquées.Conformément aux articles 39 et suivants de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée en 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, toute personne peut obtenir communication et, le cas échéant, rectification ou suppression des informations la concernant, en s’adressant à S&P Campus, 4 ruelle du presbytère 35 190 Saint Pern